Praetorian Bodyguard

Société Internationale de Protection et de Conciergerie 

PRAETORIAN BODYGUARD est une société de Gestion de Risque de droit privé et leader Français de la protection haute gamme de personnes et de la formation d'Agents de Protection Rapprochée Professionnels.

 

Dans le cadre d’une croissance interne équilibrée, PRAETORIAN BODYGUARD se développe désormais dans tous les métiers de l'accompagnement personnalisé, en préservant ses valeurs fondamentales que sont le professionnalisme, la proximité client, la réactivité ainsi que l’amélioration continue de la qualité de service.

 

Indépendamment de ses certifications professionnelles de Protection Rapprochée inscrites au Répertoire Nationale des Certifications Professionnelles (RNCP), PRAETORIAN BODYGUARD est reconnue sur son marché en raison de son expertise et pour la qualité de ses prestations fournie en France et à l'International. PRAETORIAN BODYGUARD est présent en France mais également aux USA depuis le 01 Janvier 2011.

 

Consacrez-vous à votre Liberté, nous assurerons la Sécurité de vos déplacements !

Praetorian Bodyguard dans la presse 

Depuis les attentats du 13 Novembre à Paris, le rôle des sociétés de protection doit être reconsidérée dans son ensemble. Ces sociétés ne doivent plus être vues comme des parents « pauvres » de la protection mais comme des intermédiaires incontournables pour les pouvoirs publics.

Pourquoi ce changement d’orientation, aujourd’hui de nombreuses personnalités aussi bien politiques, que judiciaires, médiatiques et culturelles doivent être protégées. L’attentat de Charlie Hebdo a montré les limites d’un accompagnement par un policier, je parle d’accompagnement, je ne parle pas de protection rapprochée ce qui est tout à fait différent. La police, la gendarmerie et tous les services officiels tant en métropole qu’à l’étranger ont en charge cette protection à différents niveaux. Les effectifs sont comme on le dit si souvent en économie en « flux tendu » même si le service de protection des hautes personnalités recrutent des volontaires (environ 70) pour augmenter le nombre de policiers chargés de cette mission régalienne. L’autre question avant d’aller plus en avant serait de dégager les fonctionnaires de police des certaines tâches « indues » comme par exemple, en période électorale, celle d’établir les procurations de vote même si ce travail est souvent confié aux Adjoints de sécurité sous la responsabilité d’un gradé. Il faut en finir avec ces tâches qui mangent du temps/fonctionnaire et qui sont bien éloignées des missions que l’on attend des policiers de terrain. Donc, après cette constatation, désolante qui est depuis des années mise en avant par tous les syndicats de cette profession, revenons à la protection individuelle.

Pour assurer une protection efficace, je n’évoque pas ici les méthodes particulières qui nécessitent plusieurs fonctionnaires agissant au même moment, il faut souvent quatre à cinq policiers voire plus suivant la personnalité pour satisfaire à cette mission. Comment un policier affecté à la protection d’un VIP peut-il encore être efficace et attentif au bout de 14 à 20 heures de service consécutif avec des temps de repos qui imposent de dormir avec des « carbones ». Ce qui ont fait ce métier me comprendront ! On arrive vite à saturation ce qui entraîne un manque de vigilance et un manque d’anticipation et de réactivité, c’est normal, c’est humain et non administratif !

Donc aujourd’hui le constat est simple, il y a davantage de personnalités à protéger avec des effectifs qui ne suivent pas dans les mêmes proportions (on ne peut parler de la démultiplication des fonctionnaires comme celle des petits pains !). Alors qu’elles peuvent être les solutions, Doit-on recruter plus de policiers, c’est une bonne idée, mais le budget contraint actuel de ce ministère ne semble pas aller dans cette direction ? Doit-on dégager les policiers de certaines tâches, c’est une autre voie à exploiter et dernier point, doit-on également faire une sélection plus rigoureuse dans le choix des personnalités à protéger ? Est-il toujours utile de protéger des anciens élus, des anciens premiers ministres qui ne sont plus au gouvernement depuis des décennies ? Ces « VIP » ne pourraient-ils pas s’organiser autrement et avoir recours aux sociétés de protection dont beaucoup d’entre-elles possèdent une formation adaptée très souvent enseignée par d’anciens membres de ces services officiels. L’Etat à ce moment, sur un budget spécial pourrait dégager les sommes suffisantes à cet effet sans avoir à ponctionner dans l’effectif des forces de l’ordre. Ces mêmes personnalités pourraient prendre totalement ou partiellement en charge ce service. Les acteurs, les journalistes et certains responsables actuels de la vie française, possédant des revenus conséquents pourraient être mis directement à contribution financière. Ces questions méritent d’être posées et demandent réponses de la part des pouvoirs publics. Ces sociétés de protection aujourd’hui doivent être considérées comme des partenaires étatiques pour accomplir certaines de ces missions et ne plus être perçues comme des sociétés de dépannage ou réservées à des tâches peu valorisantes.

Elles sont prêtes à assurer cette activité, et nous nous intéressons aujourd’hui à la société Praetorian Bodyguard qui dans ces missions possède un savoir-faire reconnu. Cette société créée en 2000 par deux anciens militaire du ministère de la défense est une société de sécurité, d’assistance militaire privée et de prestations d’agents de protection rapprochée en zones hostiles et semi-hostiles. Elle bénéficie d’un agrément ministériel pour l’accomplissement de ses activités. Cette société forme les gardes du corps professionnels aux techniques de prévention contre les attaques terroristes et plus généralement contre toutes les agressions physiques qui pourraient menacer la personne à protéger.

Son personnel dispense des formations pour agents de protection rapprochée qui sont appréciées tant dans notre pays qu’en Europe. Cet enseignement répond aux exigences du ministère de l’Intérieur et permet l’obtention de la carte professionnelle A.3.P, sésame obligatoire pour exercer dans l’hexagone et outre-mer ainsi que la carte professionnelle européenne S.I.A. Chaque année près de 300 candidat (e) s bénéficient de cette formation.

Au niveau international, elle rassemble plus de 480 collaborateurs répartis en Afrique, au Moyen-Orient et dans la Fédération de Russie. Aujourd’hui, elle ne se contentent plus de dispenser des formations en France nous la retrouvons dans des pays comme la Pologne et les Etats-Unis. PRAETORIAN BODYGUARD USA possède un centre de formation à Houston (Texas), l’International Tactical Training Center. Dans cette structure à l’image du pays de l’Oncle Sam, des cours permettent aux stagiaires de se familiariser avec les armes les plus courantes (AK, M4, AR 15, MP 15, Steyr Aug, Glock, Sig et autres) avec les méthodes de dégagement et d’exfiltration d’otages, avec l’utilisation des hélicoptères. Ces apprentissages dans notre langue permettent une acquisition des techniques et des connaissances des missions de protection. L’intérêt de savoir utiliser les armes et le matériel adapté à ces missions est important mais plus encore celui de connaître l’aspect et les méthodes du terrorisme adaptés à chaque pays. Savoir évaluer la menace, comprendre ce qui peut se passer en amont, prévoir les réponses à apporter et s’adapter pour y faire face sont des points forts de cet enseignement, sans oublier les techniques de la médecine de combat que l’on néglige si souvent dans des formations plus traditionnelles.

Pour revenir dans notre pays, Praetorian Bodyguard a mis en place un stage de 7 semaines dans son centre de Thiers en Auverge. Durant 35 jours, les stagiaires acquièrent les bases des législations en vigueurs, les techniques de surveillance et de sécurité des sites, la préparation d’itinéraires avec délestage suivant les obstacles, les techniques de conduite ainsi bien entendu que toutes les méthodes propres à cette activité. Une protection, par exemple pour de grandes manifestations médiatiques n’a rien de comparable avec une protection dans le désert. Le discernement, l’adaptabilité, la courtoisie appliquée avec fermeté s’apprennent ainsi que le traitement de la foule et quelquefois les habitudes plus ou moins curieuses des personnalités à traiter. Ce stage divisé en six modules permet aux meilleurs des stagiaires de devenir chef d’équipe. Cette formation assure l’obtention de la carte britannique SIA Btec Level 3 ainsi que celle de la carte professionnelle de chauffeur VTC. Tous ne sont pas reçus, les recalés peuvent tenter de nouveaux leurs chances lors de stages complémentaires ou d’autres sessions.

Ces hommes et femmes souvent très diplômés, en costume noir ou en tee-shirt et short, suivant l’exigence de la situation, à l’oreillette branchée ne sont pas des mercenaires ou des James Bond d’opérette, mais des professionnels qui tentent au mieux de faire leur travail après avoir assimilés les bases et les spécialisations de cette formation en collaboration la plupart du temps avec les services officiels détachés à l’événement.

www.Praetorian-Bodyguard-Academy.com

Source Jean-Louis Courtois

"Commando Magazine"